Des programmes sur-mesure.

Les programmes sont pensés avec et pour les patients, afin de répondre à leurs besoins spécifiques. L’objectif final ne change pas : retrouver son bien-être au travers d’un bon équilibre alimentaire.

 
 

Un cadre pédagogique

 

Ma philosophie est basée sur des principes pédagogiques. À mon sens, il n’est que très peu utile de prescrire des régimes si mes patients ne comprennent pas pourquoi. Avoir un bon équilibre alimentaire passe notamment par une prise de conscience.

Les consultations se déroulent dans un cadre détendu dans le respect du patient. Il est important pour moi d’accompagner mes patients pédagogiquement afin d’éviter tout jugement ou critique.

À terme, le but est que vous soyez apte à juger par vous-même ce qui serait à éviter pour votre situation spécifique. Les solutions diététiques ne doivent pas restreindre vos possibilités d’alimentation; les prescriptions diététiques doivent élargir le champ des possibles pour charmer vos papilles.

Détails des consultations :

  • Les prix sont fixés selon la convention tarifaire entre l’ASDD et les assurances-maladie, soit

    • 99 francs la 1re consultation

    • 77 francs de la 2e à la 6e consultation

    • 64 francs de la 7e à la 12e consultation

  • La durée d’une consultation peut varier entre 45 à 60 minutes

  • Consultation au cabinet ou au domicile du patient

  • Les consultations diététiques peuvent être prises en charge par l’assurance-maladie de base (LaMal) lorsqu’un médecin prescrit le traitement en remplissant le formulaire de prescription diététique.

 

La démarche étape par étape

 

1) Analyse de la situation

Un traitement débute par une analyse complète de la situation lors de la première consultation. Il s’agit d’une discussion en lien avec les habitudes alimentaires du patient et des objectifs visés. Le but est de comprendre la situation actuelle, permettant de mettre au point une stratégie alimentaire à court, moyen et long terme.

 

2) Mise en évidence des faiblesses alimentaires

Suite à l’analyse de la situation, il est possible de définir les faiblesses des habitudes alimentaires du patient. Il ne s’agit ici pas de juger l’alimentation du patient, mais de le rendre attentif des défauts de sa nutrition.

 

3) Propositions et adaptations de dispositions

Lorsque le patient a pris conscience des défauts de son alimentation, plusieurs propositions lui sont présentées, afin qu’il puisse s’adapter au mieux à ce changement de nutrition. Il s’agit ici d’une discussion qui n’obligera en aucun cas le patient à prendre une disposition particulière.

 

4) Adoption et amélioration du programme

Prendre de premières dispositions ne signifie par forcément que la prise en charge est terminée. Rééquilibrer son alimentation de manière saine et durable nécessite du temps. C’est pourquoi il est parfois nécessaire de faire évoluer le programme pour mieux satisfaire ses besoins nutritionnels.

Alors, convaincu(e) ? ☺️